Navigation Menu+

Entretien collectif au lycée Flora Tristan de Noisy-le-Grand (93)

Posted on juin 10, 2014 by in Réfléchir ensemble à l'engagement citoyen | 0 comments

Le 7 avril 2014, Marie-Eve Humery, intervenante de l’association Ethnologues en herbe, a mené un entretien avec les élèves du lycée Flora Tristan de Noisy-le-Grand: Audrey Leroy , Théo Bourgoin, Nicolas Ngo, Léa Mohmmed et Salem Bahlouli.

 

 

Reprenant la notion qui est au cœur du projet « Créatifs et citoyens, les jeunes s’engagent! », Marie-Eve Humery a demandé à chaque participant de rappeler sa propre définition de l’engagement. Les jeunes ont insisté sur la dimension altruiste, le lien étroit avec une passion et la motivation pour mener un projet jusqu’au bout:

« C’est faire quelque chose qui peut servir à tout le monde autant qu’à soi-même, c’est se donner les moyens pour réussir. » 

« C’est être dévoué à une cause qu’on aime, c’est faire quelque chose à fond. » / »C’est s’investir dans quelque chose qu’on aime, c’est se donner à fond. »

« C’est aboutir à quelque chose. »

Le notion d’engagement ne va pas de soi pour tous les jeunes. Ainsi Audrey, venue au départ pour assister au tournage, a finalement décidé de témoigner de sa pratique de la photographie lorsqu’elle s’est rendu compte qu’être engagé, c’était ce qu’elle définissait plutôt comme « être investi, déterminé, motivé, aider les autres« .

Deux conceptions de l’engagement se sont ensuite dessinées: l’une, plus traditionnelle, qui veut que l’on s’engage avant tout pour les autres (« Quand on s’engage, c’est pour résoudre un problème plus général« ) et l’autre qui défend un engagement plus personnel, en particulier dans le sport, mais qui profite aussi aux autres (« Quand je prends des photos, c’est pour moi et pour les partager avec les passionnés« ).

Sur les apports de l’engagement, tous sont unanimes pour dire que s’engager est bénéfique à plusieurs niveaux: cela apporte une « capacité d’organisation » qui pourra être mise à profit dans la vie professionnelle, « l’engagement renforce mentalement » et « nous aide à nous dépenser et à gérer notre stress« . Un stress qui se fait sentir dans leur vie d’élèves en particulier à l’approche des examens à cause, disent-ils, d’une certaine « peur de l’échec« .

Parfois, la tentation est grande de donner un plus grande place aux projets personnels qu’aux études, mais tous sont conscients de l’équilibre nécessaire à trouver : « Il faut s’investir tout en gardant à l’esprit qu’il y a les études avant tout. »

Ils ne sont pas toujours soutenus dans leur engagement autant qu’ils le souhaiteraient, qu’ils soient  vus comme « fayots » ou qu’on ne croit pas à leurs chances de réussir dans ce qu’ils font. Néanmoins, l’engagement leur apporte aussi une bonne image d’eux-même (qu’il n’est pas toujours évident de porter) et le sentiment de donner corps à une passion qui leur a été transmise. Et même s’ils estiment que beaucoup de jeunes ne sont pas assez actifs, ils ne se considèrent en rien comme différents des autres!

Pour eux, comme pour les jeunes du collège Colonel Fabien: « L’engagement, c’est à la portée de tous! « 

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 − deux =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

"Le 7 avril 2014, Marie-Eve Humery, intervenante de..." Une réalisation Avec le soutien de